Le Journal de Jules Renard est d’une lecture jouissive. On partage ensemble quelques-unes de ses notes. Parcourons l’année 1897. Bon amusement !

1897

22 janvier :

Une femme intelligente doit nous laisser nos rêves
8 avril :

La prudence n’est qu’une qualité : il ne faut pas en faire une vertu.
23 mai :

Comme il fait bon ! Je rafraîchis à l’air toutes les idées que j’ai puisées ce matin dans mes livres où l’on étouffe.
9 juin :

Ce n’est point parce qu’il y a une rose sur le rosier que l’oiseau s’y pose : c’est parce qu’il y a des pucerons.*
13 juin :

Rien ne vieillit comme la mort d’un père
30 juillet :

Baie. Sa poupée est morte hier, mais aujourd’hui elle va mieux.
29 septembre:

Des hommes ont l’air de ne s’être mariés que pour empêcher leurs femmes de se marier avec d’autres.
30 septembre :

La vieillesse, c’est quand on commence à dire : « Jamais je ne me suis senti aussi jeune. »
3 décembre :

Mettre les points sur tous les i de l’infini.

*

rosier journal 7

Publicités