Quand le spectacle d’une certaine vie (politique, par exemple) en arrive à m’exaspérer, je relis les notes recueillies dans les livres des philosophes.

Rien de tel que la distance, qu’un peu d’éloignement, pour ne pas se laisser prendre aux aventures sordides, aux détails superficiels et futiles, tous les jours alimentés par les médias « d’info continue », qui s’en repaissent.

Louis Lavelle parvient toujours à m’élever l’esprit. C’est comme un rafraîchissement par temps d’orage. D’un côté la lourdeur des déclarations devant les caméras, de l’autre la légèreté spirituelle.

Que dit-il de notre démarche sur la Terre ? « On traverse l’existence pour accéder à l’essence ; s’approprier soi-même, devenir soi-même. »

Cela se fait en deux temps, c’est tout simple :

Premier temps : Se mettre dans l’existence, trouver sa place.

Deuxième temps : Faire ce que nous devons accomplir.

Voilà, c’est fait ! Oubliés les bilans chiffrés des victimes d’attentat, les tirs nucléaires, les insultes et les menaces de plaintes pour insultes publiques ou les poignées de main des faux durs dans la cour de l’école !

Devenir soi-même pour aimer. Une pensée légère et jolie…

PLUME-LEGERE1

Publicités