Tant que la poésie est vivante, je ne désespère de rien pour les hommes. Surtout quand il s’agit de la ville, où j’ai passé mon adolescence studieuse et eu les premiers émois poétiques, les premiers contacts aussi avec d’autres poètes chez Unimuse : Tournai.

J’avais bien lu cette information géniale pour la Wallonie picarde : la ville de Tournai a été élue par Paris « Ville en poésie » pour deux ans.

Une des manifestations est la « mise en poésie » de courts textes sur des panneaux lumineux dans les rues de la ville. C’est formidable ! Bernadette Bodson m’en a alerté en me posant une question de Bon Usage sur un des jolis textes qu’elle soumettait au jury.

Nous sommes autres
que ne le dira l’histoire

Dans la foulée, elle me fait envoyer par Jacky Legge, un ami écrivain de la Maison de la Culture, le règlement et les grilles où je pouvais, moi aussi, écrire des textes courts ou des aphorismes. Je lis alors dans la presse locale que Tarik Bouziane, échevin de la culture de la belle ville de Rudy Demotte, mais aussi Dimitri Kajdanski, Jacky Legge et Marianne Kirsch, coordinateurs du projet Panneaux électroniques, déclarent : « Nous avons reçu 98 textes poétiques courts pour les panneaux électroniques, à ce jour, alors que l’opération était programmée à partir du 4 mars… Le succès est tel qu’il est plus sage de commencer cette initiative propre à Tournai dès demain, mercredi 22 février. La diffusion sera continue jusqu’au dimanche 12 mars. Le 13, débutera une nouvelle série d’incises poétiques. Merci pour votre enthousiasme. »

Ce n’est pas tout : j’apprends par des amis que mon texte a été retenu et passe sur les panneaux. Aurai-je une trace, une photo ? Bernadette Bodson brave la nuit, sa peur, le vent de tempête (c’était hier!) pour aller photographier mon court poème et le garder en souvenir ! Je l’embrasse ! (Voir ci-dessous) Voilà que je vis un bonheur précieux… 

Mon admiration aussi à tous les poètes de la région et d’ailleurs !

Enfin, mon éditeur poétique, François Van Dorpe me signale qu’en parallèle à cette opération sort de presse un ouvrage consacré à 20 ans d’intégration d’art dans les cimetières de la Ville grâce bien souvent à l’action conjuguée de la Ville et sa Commission des Cimetières, de la Galerie Koma asbl, Mons, et de la Maison de la Culture de Tournai.La mise en page a été confiée à Christian Printz.

Le livre est vendu 5 €, c’est le prix de tous les ouvrages de cette collection initiée par Koma et la Maison de la Culture. Il ne tient pas compte du nombre de pages. Cette édition est la plus importante : 276 pages ! La sortie de presse s’inscrit dans le programme de Tournai Ville en Poésie 2017. La distribution est faite par Le Saule têt’Art (lesauletetart.com)

lesauletetart@gmail.com voir sur le site www.lesdejeunerssurlherbe.com

Une citation de John Fitzgerald Kennedy, qui prend tout son sens par les temps qui courent : « Quand le pouvoir pousse l’homme à l’arrogance, la poésie lui rappelle la richesse de l’existence. Quand le pouvoir corrompt, la poésie purifie ».

panneau-1

Publicités