Quelle superbe expression que le « saut de l’ange » qui désigne en natation le plongeon effectué les bras écartés, comme les ailes déployées d’un ange.

Aujourd’hui on désigne certains sauts à l’élastique de cette façon. « Faites le saut de l’ange ! » incite le titre d’une promotion, qui poursuit : « Inspiré d’un rite ancestral des îles Vanuatu qui voulait qu’en sautant d’une tour de bambou les pieds tenus par des lianes, le jeune homme entrait dans le monde des adultes, le saut à l’élastique connaît un fort engouement en France depuis dix ans. »

De manière figurée c’est bien sûr une étape risquée et dangereuse, ainsi dans la presse suisse, je trouve ce titre : « Aides aux nouvelles entreprises : Accompagner le saut de l’ange ».

Le mot « ange » entre dans bien des locutions.

« Rire aux anges » c’est rire sans motif.

« Boire aux anges » c’est boire sans plus savoir à la santé de qui on peut trinquer, ou, comme dit de manière facétieuse Rabelais, « boire pour la soif à venir ».

« Voir les anges violets » c’est avoir un éblouissement causé par un coup sur les yeux, dans le même sens où l’on dit encore « voir trente-six chandelles ».

« C’est un ange qui passe » signifie qu’un silence plane. Cette expression a d’abord été utilisée dans les pensionnats de jeunes filles, pour dire, quand un long moment sans parler interrompt une conversation, qu’on se tait sans doute pour qu’un ange passe. Les anges sont bien plus présents sur terre qu’on ne l’imagine !

ange-cristal-etoile_n

Publicités