Ce matin, voici une simple réflexion, alors que le Festival de Cannes s’est achevé hier soir. Qu’est-ce donc que ce concept de « tapis rouge », que l’on retrouve aussi sur certaines chaînes de télévision « fashion », et n’existe-t-il pas un emploi détourné de sa fonction première ?

Ce qui me semble mis en avant dans tous les journaux et magazines, surtout dans la version en ligne tout naturellement, c’est l’érotisme soft des tenues.

Au hasard des photos et des légendes :

Elsa Zylberstein victime d’un accident de décolleté !

La mini robe de Caitriona Balfe ne résiste pas au vent coquin !

Les fesses de Blake Levely enceinte !

L’atout majeur à Cannes les robes fendues !

Bella Hadid presque nue, malgré sa robe !

Que des mannequins se montrent et exhibent les robes et les bijoux prêtés pour l’occasion, pourquoi pas ?

Que ce soit une sorte de passage obligé des actrices ou des invitées me semble étrange dans un temps où les moins féministes fustigent les concours de beauté, l’image dénudée de la femme dans la publicité ou le jugement sur l’apparence.

Tout le monde ne s’y plie pas et, je l’espère, ce n’est pas l’essentiel du Festival, mais alors ce sont les médias et les photographes qu’il faut pointer du doigt ?

Je sais que c’est un vaste débat ou un détail sans importance ou une façon de se distraire des autres et très nombreux problèmes préoccupants, pourtant je ne peux m’interdire de penser que l’être humain vaut mieux que ça !

(Cela dit, Heidi Klum est ma préférée !)

Heidi-Klum-Cannes-Montee-des-marches-du-film-Nebraska-23-mai-2013_portrait_w674

Publicités