La mort n’est-elle qu’un passage ? C’est la question. Un au-delà ? Une autre vie qui recommence ici ou ailleurs ? Depuis que les hommes ont une conscience, ils se posent cette question.

Je cherche chez les philosophes, chez les témoins, dans les livres sacrés. Et récemment, j’ai lu « Mémoires de vie, mémoires d’éternité » de la célèbre psychiatre et psychologue Elisabeth Kübler-Ross, pionnière des soins palliatifs et intéressée par les expériences de mort imminente. Depuis 2004, elle connaît ou pas la réponse à nos interrogations, voire à nos angoisses.

Voici quelques phrases picorées dans ses Mémoires :

« Si vous demeurez attentif, vous apprendrez vos leçons et votre vie sera agréable et riche, tout comme votre mort, d’ailleurs. »

« Il est possible que le plus grand obstacle que nous rencontrions dans nos efforts pour comprendre la mort est qu’il est impossible pour l’inconscient d’imaginer que notre vie puisse avoir une fin. »

Elle cite la déclaration de patients qui ont vécu la fameuse expérience :

« Une fois que nous avons accompli tout le travail pour lequel on nous avait envoyés sur terre, nous sommes autorisés à abandonner notre corps, lequel emprisonne notre âme comme le cocon enferme le futur papillon. »

« Il n’est aucun problème qui ne soit en réalité un cadeau. »

« Chaque être humain, quel qu’il soit, doit faire face sur terre aux souffrances et aux grandes difficultés nécessaires à son évolution. »

« La mort n’est qu’une simple transition conduisant à un plan d’existence où la souffrance et l’angoisse sont inconnues. »

« L’amour permet de tout supporter. »

Et cette phrase qui pourrait être notre devise :

« Le seule chose qui soit éternelle est l’amour. »

univers en nous

Publicités