Durant deux soirées à la Samaritaine, nous avons emmené le public (certains étaient venus de Paris) dans les coulisses du dernier disque de Nara Noïan. Nous avons pu expliquer l’origine de tous ces textes que Nara a eu le grand talent de mettre en musique et de détailler sur scène. Deux choses qu’elle fait à la perfection, puisque elle est premier prix des conservatoires de musique et d’art dramatique à Erevan ! Nous étions accompagnés sur scène par ses musiciens habituels et par mon fils Stéphane, au sax, lui qui fit partie de cette fabuleuse tournée de la Boîte de Jazz en ma compagnie durant quinze mois !

Je pense qu’on a rarement l’occasion d’expliquer que tel texte a été écrit à 15 ans, que telle musique avait été suscitée par tel événement, que Joe Dassin avait choisi un poème, le pourquoi, le comment, l’amour, la passion, les mots, le contexte… « Les Regrets inutiles » est le titre de l’album, qu’on s’est arraché hier et avant-hier à la sortie du merveilleux endroit chargé d’âme et tenu depuis si longtemps par une Huguette généreuse pour les artistes ! Pas de regrets, puisque ils sont inutiles, mais une leçon : toujours se convaincre qu’il faut vivre intensément chaque instant !

A présent que cet « enfant artistique » est vraiment né, je continue à écrire mes « mémoires » et en tirant le fil des souvenirs, je découvre que tout est prêt pour notre vie dès l’enfance. Même si on l’ignore, les affinités, les goûts, les prédispositions, l’entourage culturel et social, voire religieux, tout nous projette dans le chemin de la vie. Il faut écouter et s’écouter, et comme le disait si bien Jacques Brel (qui fut le déclencheur de mes vocations) : « Etre vieux sans être adulte » !

Merci, Nara, les musiciens, le public pour ces grands moments d’un bonheur passionnant ! (Jamais je n’aurais cru pouvoir vivre tout cela !)

Le lien vers le disque se trouve ci-dessous.

http://nara-noian.com/fr/produit/les-regrets-inutiles/

Samaritaine 23 oct 15 bis

Publicités