Si l’on aime la langue française, qu’on s’y intéresse quelque peu, il est difficile de ne pas la voir changer. C’est sans doute une évolution normale. Pourtant, dans certains cas, c’est un réel appauvrissement. Un seul exemple, qui remonte déjà à quelques décennies, mais s’est définitivement installé !

« Depuis » et « De ». Il fut un temps où l’on distinguait « de » pour l’espace et « depuis » pour le temps. Donc : « On retrouve en direct de Rome notre correspondant. Il est à l’antenne depuis 7 heures ce matin… ». Aujourd’hui « depuis » est utilisé dans les deux cas… La nuance a disparu.

(Remarquez, j’ai dit « cas » et non ce « cas de figure » repris aux mathématiques et qui normalement n’aurait dû s’employer que dans ce domaine… comme le « en termes de » qui ne devrait être réservé qu’à la linguistique)

Voici quelques exemples de modifications :

Le « challenge » (anglicisme réservé au sport) semble avoir remplacé partout le « défi ».

La prononciation « oi » est devenue (en France surtout) « oè », comme une lecture littérale, dans moelleux, poêle, etc.

De même la gageure, se prononce erronément « geu » et non plus « gu » !

Le verbe « rouvrir » s’est transformé en « ré-ouvrir », alors que seul le substantif « réouverture » était correct.

On « se retrousse les manches » alors qu’il faut « retrousser ses manches » !

Dans les commentaires en télévision, on peut relever l’abus de :

Hein, Voilà, Allez ; mais aussi des « a priori », « à la base », « pour le coup », « je veux dire », « Après…. », « Au final »..

Que dire des « incontournable », « à ne pas manquer », « la feuille de route », « faire bouger les lignes » ?

Existent aussi les horribles « Le moins qu’on puisse dire » et les belgicismes « postposer » et « que du contraire » !

Le pompon revient à l’expression martelée et tant rabâchée qu’on pense bien que personne n’y croit, tellement c’est vide de sens et « langue de bois » : « Prendre ses responsabilités » !

Ajoutons, depuis l’affaire de la tricherie allemande, l’apparition des « mains dans le pot de confiture » qui s’est répandue… comment ? Mais « comme une traînée de poudre » bien sûr ! Ah, les poncifs, les lieux communs des médias…

ecritu10

Publicités