A l’instant, je termine la lecture d’un ouvrage écrit par le Docteur Jean-Jacques Charbonnier et qui s’intitule « Les 7 bonnes raisons de croire à l’au-delà. » Comme vous peut-être, cette question de la vie après la mort m’interpelle depuis longtemps, autant que le pourquoi et le comment de notre vie-même.

L’intérêt du livre est qu’il propose des faits scientifiques (mais la science explique et corrige au fur et à mesure de son progrès) et ensuite l’avis et les arguments des détracteurs. Cela nous permet aussi de tirer nos propres conclusions. Comme il  écrit : « Pour un croyant aucune preuve n’est nécessaire et pour un sceptique, aucune n’est suffisante. »

Dans la préface le docteur Olivier Chambon note : « Il est quand même plus facile de se détendre face à la vie si l’on sait que celle-ci continue après la mort du corps, et que l’on emporte dans l’au-delà que l’essentiel, à savoir notre conscience, nos connaissances, notre capacité à aimer, et nos liens d’amour. » Mon père m’a un jour dit quelque chose de semblable, en me parlant d’une sorte de jugement intérieur sur l’amour, la faculté d’aimer…

Un des chapitres concerne l’inspiration artistique et m’a évidemment intéressé. « Il me semble probable que beaucoup d’artistes talentueux trouvent leur inspiration par mediumnité ; dans cette hypothèse, l’information ne serait pas enfermée dans les neurones du sujet inspiré mais située au contraire à l’extérieur du cerveau. Un cerveau qui entrerait en connexion directe avec un champ d’informations dont la source serait localisée bien au-delà de nos petits neurones. » Et de dire plus loin : « Et si cette conscience source alimentée par l’ensemble de nos consciences était capable d’influencer le comportement des gens et d’agir sur la matière et les événements d’une vie ? » Mais aussi : « Et si cette conscience source était ce que les habitants de cette planète appellent Dieu ? »

Bref, de quoi réfléchir, alimenter nos idées, provoquer des lectures et des discussions. Cette phrase de Victor Hugo me plaît beaucoup : « De quel papillon cette vie terrestre est-elle donc la chenille ? »

amour éternel

Publicités