Avec quel plaisir, j’ai participé hier soir à l’émission « 69 minutes sans chichis » consacrée à mon ami Jean-Luc Fonck. On s’y retrouve bien, à l’aise, décontractés et Joëlle Scoriels s’y entend pour avoir ce dialogue, cette mise en place, à la fois naturelle et personnelle. Le sourire, le charme et le talent en sus (lol !). Les interventions de Dan gagnon aussi ajoutent un grain de sel qui donne un goût sympa au plat !

Et tout de suite, merci à Angel Zimer, à l’équipe d’accueil, à l’équipe technique… que je retrouve avec émotion dans cette vie professionnelle que j’ai faite au Service public durant toute ma carrière de 45 ans.

J’aimerais ajouter quelques détails à l’émission, des choses dont on se souvient après coup ou qu’on peut préciser. Ainsi la toute première fois que j’ai rencontré Jean-Luc, c’était, en effet, dans une émission réalisée par Philippe Kempen au théâtre du Vaudeville, Galerie de la Reine. Nous y avons produit une trentaine de numéros et tous les artistes chantaient en direct. La première historique avait entre autres comme invités Claude Nougaro et Raymond Devos ! L’émission fut interrompue par l’arrivée d’un nouveau patron à la RTBF, dont la mission fut de nous retirer de l’antenne, nous, c’étaient les membres du Jeu des Dictionnaires, version radio et télé, et de l’émission « L’Empire des Médias » de Marc Moulin. Nous y avions fait allusion à l’Affaire Agusta, dont les protagonistes espéraient encore qu’elle serait étouffée !

Pour la fameuse dictée du Balfroid, elle poursuit son petit bonhomme de chemin sur les télés locales, grâce entre autres à Pascal Belpaire de TVLux. Le groupe L’Avenir suit les éliminatoires et la finale se passera au Palais des Congrès de Liège (avec RTC bien entendu) le samedi 16 mais prochain, avec bien sûr Liliane Balfroid et la présentation de la journaliste Françoise Bonivert.

Joëlle eut la gentillesse d’évoquer mes prochaines rencontres littéraires. Celles de Waremme, ce lundi à 19h30 à la Bibliothèque Pierre Perret, rue du Rêwe (019/32.29.29) et celle du lundi suivant, le 23 mars au Centre Jeunes, 6, rue Hanster, 4900 Spa. C’est gratuit mais il faut réserver au 087/77.24.52. Il s’agira d’une rencontre menée par Marc Bailly et on y parlera de tout : de la télé et des livres, etc. Dédicaces et questions/réponses bien entendu.

Entretemps, comme il s’agit de la Semaine de la Langue française en fête, je parlerai des expressions de la langue à Luxembourg, à la Cour des Comptes, le jeudi 19 mars à midi.

Parmi les derniers livres : les romans « La francisque de Tournai » (Editions Luc Pire), « Son Parfum » (Editions OnLit) et « Une Diva amoureuse » (Editions Ikor), ainsi que « Les 500 meilleures expressions de Monsieur Dictionnaire » (Editions Racine).

A propos de littérature, je voulais encore revenir à Jean-Luc et à son style. C’est un merveilleux conteur (il l’a aussi prouvé sur scène à la Toison D’Or, au TTO) et un « inventeur », un magicien. Il a gardé, ô combien, son âme d’enfant et cela permet d’entraîner le lecteur dans des zones hors du temps et de l’espace, dans l’absurde, dans l’enchantement, dans un autre univers. Et Dieu sait combien on a besoin de ces moments-là dans le monde tel qu’on nous le décrit un peu partout. (Est-il vraiment ce monde-là avide de guerres et de sécurité ? Ou bien est-ce une vue manipulée par les pouvoirs et les médias?) Quoi qu’il en soit on a besoin de cette poésie, de cette immersion profonde de notre âme. Jean-Luc apporte ce supplément de bonheur dans ses textes, dans ses oeuvres en général.

C’est pourquoi à ses débuts, ces définitions absurdes et tellement belges aussi, dans mes émissions, je lui avais conseillé de sortir des livres et en avait parlé à notre ami commun, Philippe Geluck, à l’époque directeur d’une collection intitulée joliment « C’est pour offrir » chez Casterman , dans laquelle se trouvaient Patrice Leconte, Siné… et quelque temps plus tard : Charb.

Voici donc le lien pour regarder l’émission. Et la photo est prise sur la scène du Théâtre de la Toison d’or, à l’époque de « Mercier : Go home ! », qui m’avait permis, grâce à Nathalie Uffner, de raconter des souvenirs tout en autodérision durant six semaines, avec chaque semaine un partenaire différent qui venait me visiter dans le « home » : Philippe Geluck, Pierre Kroll, Laurence Bibot, Juan d’Oultremont, Jean-Luc Fonck, Nathalie… Un souvenir lumineux rempli de fous rires, de trac, de partage, que nous avions dédié à notre ami Marc Moulin. Le chou-fleur devant nous, c’était… le souffleur apporté par Jean-Luc ! Bien sûr !

http://www.rtbf.be/video/detail_69-minutes-sans-chichis?id=1999944

jean luc tto

Publicités