Le mélange des langues n’a pas attendu la mondialisation et les réseaux du Net ! Dans les années 60, on parlait de « franglais » ; on parle aujourd’hui de « globish »…

Deux expressions nous viennent directement de la langue anglaise. La première c’est : « Ce n’est pas ma tasse de thé ! » Ce n’est pas mon occupation favorite, ça ne me convient pas. C’est la traduction littérale de la même expression en anglais (« it’s not my cup of tea »).La forme négative est apparue vers 1920, bien après la forme positive (« he is / it’s my cup of tea ») attestée à la fin du XIXe siècle pour désigner des choses ou des personnes qui plaisaient à la personne employant l’expression.

J’ai entendu un jour quelqu’un dire « Le café ce n’est pas ma tasse de thé ! » Un comble !

L’autre expression c’est « La cerise sur le gâteau », soit le détail final ou le comble… Cette expression n’est qu’une traduction exacte de l’expression anglaise « the cherry on the cake » ou de sa variante « the cherry on top » (« la cerise sur le dessus « , sous-entendu : du gâteau).

Au Québec, on dit qu’elle vient plutôt de « Cherry on the sundae » (le « sunday» étant un dessert aux fruits), mais peu importe !

Puisque nous sommes dans les fruits :

La pomme de discorde, un sujet de dispute, nous vient de la mythologie grecque, et du dieu Discorde. Né de la Nuit, frère de la Mort, père de la Misère, du Meurtre et du Mensonge, il a tout pour plaire !

De quoi tomber dans les pommes ! Sauf que c’est probablement une déformation de « pâmes », de tomber en pâmoison, s’évanouir. Du latin « pasmare » et « spasmare », le « s » étant devenu accent circonflexe.

Quelques réflexions pour ce dimanche!

annonce alliance liège

Advertisements