La Belgique francophone peut revendiquer la première expression qui signifie « être amoureux », c’est-à-dire « avoir le béguin ». En effet, son origine remonte au XIIe siècle, à Liège, dans le premier couvent de béguines, sœurs de l’ordre de Saint-François, appelées ainsi parce que le fondateur du couvent s’appelait Lambert le Bègue.

Ces religieuses portaient une coiffure faite d’une toile fine qui s’appelait ‘béguin’. De coiffe de bonne sœur, le béguin est devenu une coiffe de femme et d’enfant.

D’ailleurs, un proverbe disait que « si les ânes ont les oreilles bien longues, c’est parce que leur mère ne leur avait point mis de béguin ».

Parallèlement, « être coiffé (de quelqu’un) » était une expression qui voulait dire être à la merci de cette personne, être aveuglé par elle. Par croisement avec l’autre expression citée, il n’en a pas fallu beaucoup plus pour qu’on dise de cette femme qu’elle s’est ’embéguinée’, c’est-à-dire qu’elle est tombée amoureuse. Cela, en avant première de la Fête des amoureux et aussi de la « rencontre-conférence-débat-dédicace », le lundi 23 février, justement à Liège, au Théâtre de la place du XX août, à 18h, à l’invitation de l’Alliance française. Vous pouvez venir sans réservation, pour les étudiants c’est gratuit, sinon 5 euros ! Je compte sur vous ! Que vous ayez le béguin ou pas, d’ailleurs !

 sans-titre

Advertisements