Dans ces années soixante, avec Claude Delacroix, Michèle Cédric et Jean-Loup Viseur, nous assurions la présentation, les reportages, la programmation et la réalisation de l’émission pour jeunes, intitulée « Jeunesse 65 » puis 66 et puis 67. Arriva le début de l’année 1968…

On se rendit compte qu’on allait devoir changer de titre pour ne pas avoir à dire 69, avec la connotation érotique qui fut d’ailleurs chantée peu après par Serge Gainsbourg (La photo ci-dessous : Serge et Jane, à l’époque où je n’étais pas chauve et ne portais pas de lunettes !).

Personne à la direction ne semblait s’inquiéter de ça et nous étions ennuyés. Le patron de Centre du Hainaut, à Mons, dont nous dépendions, Camille Hallsberghe était assez sévère, un vrai chef, comme on en avait à cette époque, un peu tyrannique. Nous avions chaque semaine une sorte de réunion de rédaction, d’édition. Parmi les chroniqueurs se trouvait un journaliste plus âgé (Claude Cuvelier, qui travaillait aussi pour « Marie-Claire ») et nous lui avons demandé d’expliquer en réunion la situation du titre et le danger qui pointait à l’horizon.

La réunion cruciale se terminait :

« Bon, on a fait le tour des problèmes ? » conclut le directeur.

« Si je puis me permettre monsieur, nous en avons encore un ? – Oui, lequel, je vous écoute ? – Bon, nous allons commencer bientôt « Jeunesse 68 »… – Oui et alors ? – Nous serons vite à l’année suivante ? – Oui, mais quel est le problème ? – Le titre, monsieur ! – Quoi le titre ? »

J’avoue que nous étions tous un peu gênés, rougissant, mal à l’aise. Il fallait y aller vraiment.

« – Hé bien, nous serons en 69 et le titre sera « Jeunesse 69 ». – Et quel est le problème ? – La position peut-être ? »

Et là, évidemment, comme on dit en Belgique, son « franc tombe », il comprend. Le directeur rougit lui aussi et pique une colère : « Mais enfin, qu’est-ce que c’est que cette jeunesse qui a l’esprit si mal tourné ! Elle est belle notre jeunesse… » Il nous a mis à la porte de son bureau.

Oui, les temps ont bien changé dans ces domaines comme dans d’autres !

Mais quelques jours plus tard, après en avoir sans doute parlé autour de lui, nous avons dû chercher un nouveau titre et ce fut « Formule J » !

brikin et gainsbourg

Advertisements