A l’époque, mon émission radio « Le Jeu des Dictionnaires » recevait toutes les personnalités connues. Nous avons eu ainsi l’honneur d’accueillir Justine Henin.

On avait remis plusieurs fois la date d’enregistrement, car bien sûr son agenda est surchargé. Et puis finalement on fixe un jeudi soir et son ex, Pierre-Yves, nous confirme qu’ils viendront quoiqu’il arrive.

Ce qui se passa d’extraordinaire, c’est que le dimanche précédent, elle gagne pour la première fois la finale de Roland-Garros et est consacrée super star !

Vous imaginez l’effervescence pour le jeudi suivant à la Bibliothèque de La Louvière où nous enregistrions. Non seulement un public partout, dans les couloirs, dehors, mais la presse locale et nationale, les télés, le JT lui-même avaient envoyé leurs correspondants.

Des motards de la police avaient escorté leur voiture depuis l’autoroute jusqu’à l’arrière de la salle, où on l’attendait.

Sympa, mais ne voulant accorder aucune autre interview : elle était là pour nos émissions, un point c’est tout ! Je lui rappelle le déroulement de la « semaine infernale » et du « jeu des dictionnaires » et l’on s’apprête à monter sur scène. Entretemps, Pascale, la directrice de la bibliothèque évidemment me demandait plein de choses : il faudrait annoncer ceci, annoncer cela.

Et finalement je monte sur scène et je commence à présenter tous les membres de l’équipe sous des applaudissements particulièrement nourris. Une ambiance surchauffée. Et enfin, je termine en disant : « Et voici la championne du monde sur terre battue, etc. Mesdames et messieurs, voici… Pascale Henin ! » Dans l’excitation du moment, la pression des caméras, des flashes des photographes, voilà que c’était le prénom de la bibliothécaire qui m’était venue à la bouche…

Tout le monde a ri, certains ont cru que je l’avais fait exprès.

Je suis un peu rouge de honte et ennuyé vis à vis de Justine Henin, notre invitée. Je lui pose quelques questions traditionnelles et puis je lui demande, ce qui m’a toujours intrigué en regardant ces matches, si quand quelqu’un du public crie juste avant qu’elle ne serve la balle, cela ne la trouble pas ?

Elle me répond : « Pas vraiment, Jacques, seulement quand quelqu’un crie « Pascale ! » au lieu de Justine…. »

Elle a de l’humour !

justine hen in

Publicités