Un petit bond de quelques décennies en arrière ? Allons-y !

Dans les années 70, j’ai participé à une première version au fond de « Bonnie & Clyde ». Cela s’appelait « Si on chantait » et je l’ai co-présentée avec Gérard Valet d’abord, avec Monique Delannoy ensuite. On y mêlait les chansons et les reportages, la musique classique et la variété. Mon rôle était vraiment des plus réduits : j’intervenais dans le sommaire et puis pour présenter une séquence jumelée avec la radio, qui mettait en avant un artiste qui débutait, mais vraiment, donc sans disque, quasi sans habitude de la scène.

La télévision demande des répétitions pour les artistes, vous le savez sans doute. Il y a évidemment une hiérarchie là-dedans : le jour même on garde le temps possible de répétitions pour les plus grandes vedettes, celles qui viennent souvent de Paris, la veille c’est le jour des Belges, qui peuvent faire aller-retour, et l’avant-veille, dans le cas de « Si on chantait » c’était entre autres ce débutant, qu’on me chargeait d’accueillir et de suivre en répétition.

Une après-midi, lors d’une de ces répétitions quasi en solitaires, avec les cadreurs, les preneurs de son, je me retrouve donc au milieu d’un studio vide, dont le décor n’est qu’à moitié installé, avec sur un petit podium mon artiste débutante, c’était une jeune fille blonde charmante. Elle était, puisqu’elle n’avait de disque, venue avec trois amis musiciens. Et nous en étions aux premiers essais…

C’est alors qu’une rumeur a commencé à parcourir le studio, des huissiers, du pompier de service jusqu’aux porteurs de câbles : « Le Roi va venir… » Comme d’habitude, on rit et on laisse passer l’habituel « Et le Pape aussi sans doute ! »

Mais… peu après, je vois arriver vers moi le chef du protocole, ça existait encore, qui me dit qu’en effet sa Majesté le Roi Baudouin qui avait rendu visite à la BRT se devait de faire de même à la RTB et que comme c’était le seul studio en activité, il souhaitait venir.

Et en effet, voilà le Roi Baudouin qui fait son entrée. Il salue tout le monde de son air penché et bien reconnaissable. Ensuite, il demande qu’on lui explique ce qui se passe et comme j’étais le seul responsable, je me mis à lui expliquer la séquence des jeunes artistes, je lui ai expliqué ce qu’était le playback, et qu’on ne pouvait pas le faire sans disque, etc. Vous imaginez pendant ce temps la tête de la jeune chanteuse, dont c’était le premier passage dans un studio ! Elle n’avait pas fini d’avoir le trac, car le Roi à ce moment-là a prononcé cette phrase extraordinaire : « Allez-y Mademoiselle. Faites comme si je n’étais pas là ! »

PS : Ci-dessous la photo prise lors de cette rencontre, je suis tout à gauche, en vêtements 70 et avec des cheveux ! LOL

roi baudouin

Publicités