En relisant Lamartine, dans le fabuleux discours sur l’abolition de l’esclavage, j’ai trouvé ces courts passages. Ils sont bien à propos aujourd’hui que l’on reparle de Martin Luther King, mais aussi quand on entend certaines déclarations en France, en Afrique, partout dans le monde et… jusqu’à notre pauvre petite Belgique, où certains parviennent depuis des décennies à nourrir d’anciennes querelles, à séparer plutôt qu’unir…

Voici ce texte qui date du 18 mars 1842 et qui ne perd rien de sa force. Voici deux définitions du patriotisme ! Choisissons !

« Il y a deux patriotismes :

un qui se compose de toutes les haines, de tous les préjugés, de toutes les grossières antipathies que les peuples abrutis par des gouvernements intéressés à désunir nourrissent les uns contre les autres.
Ce patriotisme coûte peu : il suffit d’ignorer, d’injurier et de haïr.

Il en est un autre qui se compose au contraire de toutes les vérités, de toutes les facultés, de tous les droits que les peuples ont en commun, et qui, chérissant avant tout sa propre patrie, laisse déborder ses sympathies au-delà des races, des langues, des frontières. »

Pour illustrer ces propos, j’ai repensé à ce joli objet et qui porte un joli nom : le bracelet d’amitié !

215143090_small

Advertisements