( Très vite, je reprendrai ces textes, une fois mon nouveau roman terminé, merci )
Cette phrase d’Edgar Morin me reste en tête après l’avoir lue il y a peu dans « Dialogues sur la nature humaine », dialogues que Morin poursuit avec Cyrulnik ! La voici : « L’amour est la seule force que l’on peut opposer à la mort » Magnifique et sublime !

Me voici avançant au gré du courant des événements et de ma vie : après mon passage professionnel complet dans l’audio-visuel et dans la presse, un autre chapitre s’ouvre (mais en maintenant des liens dans tous les domaines, c’est génial), dont quelques pages ont déjà été tournées : la scène. En effet, même si je poursuis en radio et en télé (bientôt les nouveaux épisodes de Monsieur Dictionnaire avec Philippe Geluck) et dans la presse, depuis le premier spectacle « Passage » avec Nara Noïan, c’est dans cette direction qu’aujourd’hui j’avance… avec une grande volupté de vivre.

Il y eut « Mon jardin secret » et « Mercier : Go home ! »…

Bien sûr, se déroulera « La nuit musicale » de Seneffe samedi 10 aout (www.070.be) en duo avec le pianiste talentueux, Daniel Blumenthal, mais ensuite dès fin septembre plus d’un an de tournée (j’ai compté environ 220 dates en ce qui me concerne) avec mon fils au sax de jazz dans « La Boîte de jazz » sur les places des villes belges… (même endroit pour les infos très bientôt, http://www.070.be) J’y reviendrai.

Entretemps pour m’occuper (dans la création, dans le reste tout va bien !) j’écris une nouvelle fantastique, intitulée provisoirement « Laure ». J’y raconte une histoire de psy, de cauchemars, etc. J’adore l’écrire, j’y suis plongé.

Le roman « A toujours » sortira, lui, chez OnLit en janvier.

J’emporte donc le début du manuscrit (j’écris sur notebook) pour ce mois d’août sur la côte belge. Je suivrai la discipline de deux ou trois heures d’écriture et de corrections par jour. Le reste sera une décontraction en famille, faire des provisions d’énergie pour le mois prochain qui sera consacré aux répétitions (avec un metteur en scène d’Opéra, excusez du peu !)

Une autre phrase de Morin ? « Je suis persuadé que l’on peut et doit vivre avec de l’incertitude. La vie est une navigation sur un océan d’incertitude, à travers des archipels de certitude. Nous sommes dans une aventure collective inconnue, mais chacun vit son aventure »

Mon aventure se déroulera durant quelques semaines sur le sable, dans les dunes, dans un jardin, avec des enfants, dans cette station balénaire où l’on trouve les sept survivants de cette espèce très belge des « pêcheurs de crevettes à cheval » !

220px-Oostduinkerke_chevaux_2

Publicités