Le chocolat est en fête en cette période de l’année, il pourrait l’être à toute époque, puisqu’il est lié à des moments heureux ! Voici quelques mots à son sujet extrait de mon dernier ouvrage « Pralines et Chocolats » aux Editions Luc Pire

http://new.lucpire.eu/2013/02/25/jacques-mercier-pralines-et-chocolat-2/

 La route du chocolat

La route du chocolat est tracée entre l’Amérique et l’Espagne, qui garde jalousement le monopole de son commerce. Charles-Quint en fait un monopole d’état. La première expédition commerciale se déroule en 1585. La boisson cacao devient à la mode à la cour impériale dès la fin du 16e siècle, et puis se répand peu à peu. Mais c’est en Belgique que son arrivée est la plus rapide, puisque le pays est sous la domination de Philippe II, d’Espagne, par ailleurs le redoutable duc d’Albe, qui y introduit l’inquisition ! Mais le cacao demeure une denrée chère et rare. Le chocolat entre en Italie en 1606 dans les cioccolatieri. En 1609, les juifs qui fuient l’inquisition espagnole, les marranes, débarquent à Bayonne et y créent les premières chocolateries françaises en pays basque. On l’introduit peu à peu en France, par les mariages de Louis XIII (en 1615) et de Louis XIV (en 1660) avec des infantes d’Espagne. On dira de Marie-Thérèse, femme du Roi Soleil, que « Le roi et le chocolat sont ses deux seules passions ». On y créera plus tard la fonction de « chocolatier de la Reine ». Des aventuriers rapportent du cacao en Italie, de là en Allemagne. Les Suisses le découvrent sur la grand-place de Bruxelles. C’est le bourgmestre de Zurich, Henri Escher, qui, enthousiasmé, en recopie la recette et est à l’origine de sa vogue dans cet autre pays du chocolat, aujourd’hui encore. A Londres, on fonde un « Cocoa Tree », club où l’on consomme le cacao mêlé à des œufs ou du vin ! Et notons que seule au monde, la langue anglaise emploie « cocoa » au lieu de cacao… Rappelons que c’est au 18e siècle que le naturaliste suédois Carl von Linné répertorie les espèces végétales et nomme le « cacotier » (le cacaoyer) : « Théobroma Cacao », le cacao nourriture des dieux… Le mot « chocolat » entre dans le Dictionnaire de la langue française de Richelet en 1680. Le cacao est la plupart du temps utilisé pour ses vertus médicinales, y compris de « remontant » !

Par ailleurs, j’ai été interviewé par The Times ! au sujet du label qui pourrait protéger notre chocolat belge :

http://www.thetimes.co.uk/tto/news/world/europe/article3725863.ece

Et vous pourrez m’entendre lundi matin, le 1 avril, à 11h dans l’émission « Cultures Mondes » sur France-Culture, dans cette première partie consacrée au chocolat « Des Mayas aux Helvètes », j’y défends notre chocolat, nos découvertes, nos sociétés et nos artisans !

http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-cacao-mundo-14-des-mayas-aux-helvetes-petite-histoire-du-chocolat-2013-04-01#.UVZ66tJwlEM.mailto

Et si vous voulez me suivre et m’entendre parler du chocolat, ce sera vendredi prochain, le 5 avril à 20h, à Thimister-Clermont, à l’initiative de l’échevin de la culture, Gaston Scheurs. Suivi d’une dégustation des chocolats Galler !

http://www.thimister-clermont.be/events/conference-la-tentation-du-chocolat

Attention ! Pas d’excès ! Et bon appétit !

CoverPralinesetchocolat

Publicités