A Bruxelles, c’est la semaine « du chocolat », avec un grand train en chocolat au milieu de la gare du Midi ! Excellente initiative. Comme mon nouveau livre qui lui est consacré « Pralines et chocolat » (1) est sorti il y a quelques jours à peine, c’est l’occasion d’interviews et de rencontres.

Hier j’ai ainsi retrouvé l’équipe sur la Première de « On n’est pas rentré » ! L’émission est drôle et fluide, merci à Raoul, Alex Vizorek et Dominique Watrin (que je m’obstine à prénommer Jean-Claude, comme un chanteur des années 70 !) et bravo à Olivier Monssens, qui a su mener la barque de cette émission joyeuse. Ils ont tous excellemment préparé la rencontre et lu l’ouvrage ! C’est à souligner…

Toujours en radio, vous m’entendrez aussi dans « Belgodyssée » d’Adrien Joveneau ce samedi après-midi sur Vivacité (avec deux futures journalistes douées et une séquence au restaurant étoilé « bonbon » d’Auderghem), et Samedi matin de 11h à 12h en direct chez Sophie Moens, dans la bien nommée « Bientôt à table » ! Pour être complet, j’ajouterai une promenade chocolatée dans le centre de Bruxelles samedi après-midi (2)et pour ceux qui habitent pas loin de Philippeville, pour les autres aussi au fond !, une conférence et dégustation mardi prochain, le 27 novembre à 19h30 à l’Athénée Jean Rostand de Philippeville (3)…

A propos de chocolat, voici un des paragraphes du nouveau livre, (Il comporte trois parties : aventure, recettes, adresses) qui concerne notre « praline » !

La praline est belge et sa tradition est plus vivante que jamais. Quelles sont les pralines classiques et comment son histoire, son aventure évolue-t-elle ?

Jusque il y a peu, il n’existait que deux manières de fabriquer une praline : l’enrobage et le moulage.

Pour l’enrobage, on trempe le fourrage dans un bain de chocolat liquide ou on le fait passer sous un rideau de chocolat. Cela permet une multitude de variétés de pralines.

Pour le moulage, on verse le chocolat liquide dans un moule creux. Les godets obtenus sont refroidis pour qu’ils durcissent. Ensuite on les ferme avec une autre couche de chocolat, ce qui deviendra le dessous de la praline. Après un nouveau refroidissement, on les démoule.

Les types de pralines ont été durant longtemps les quatre suivantes : Le chocolat au lait et praliné, dont le fourrage est composé de sucre, d’amandes ou de noisttes, de vanille, de cacao ; le chocolat noir et crème fraîche ou crème au beurre ; le chocolat noir et massepain et enfin la manon. La manon est une praline de chocolat blanc ou de sucre fondant (c’est un grand sujet de discussion chez les amateurs!), parfois même aromatisé au café, et dont le fourrage est composé de crème fraîche ou de beurre et d’un cerneau de noix. L’origine de la manon est incertaine. Pour les uns, un chocolatier l’a créé en songeant à l’histoire du « Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut », dans les mémoires de l’Abbé Prévost en 1731 ; pour les autres, le chocolatier s’est inspiré directement de « Manon », l’opéra de Jules Massenet représenté en 1884.

Mais d’autres saveurs, d’autres mélanges se sont ajoutés : le gianduja, un mélange de fruits secs grillés et de sucre blanc. Il se situe à mi-chemin entre le massepain et le praliné ; en effet, on y trouve du sucre blanc comme dans le massepain et des fruits secs comme dans le praliné, mais on y ajoute du beurre de cacao ou du chocolat. La ganache est l’ensemble de crème fraîche cuite et de chocolat, auquel on ajoute parfois une liqueur, du thé ou un fruit. Le truffé est un mélange de beurre, de sucre fondant, de chocolat et souvent d’une liqueur.

La qualité de la praline se mesure à sa couleur, le blanc doit être ivoire, par exemple. La teinte doit être homogène, sans marbrure. Se mesure à sa brillance, son satiné. La coquille doit être fine et régulière et se casser nettement. L’arôme doit s’exhaler en trois étapes : le goût principal, celui du fourrage et finalement la saveur finale doit être celle du chocolat et non du sucre. La fonte se fait naturellement à la température de la bouche. « Heureux chocolat qui, après avoir fait le tour du monde, trouve sa mort dans le sourire d’une femme » écrit Anthelme Brillat-Savarin.

  1. « Pralines et chocolat » Ed. Luc Pire http://new.lucpire.eu/2012/11/06/jacques-mercier-pralines-et-chocolat/
  2. http://visitbrussels.be/bitc/BE_fr/brusselicious/culture/28301/brusselicious-semaine-du-chocolat.do
  3. Athénée Royal Jean Rostand. 2B, Avenue de Samart – 5600 Philippeville. 19H30 https://www.facebook.com/events/150334095109631/

    0494/28.43.38

    par mail à conferences.gourmandes@gmail.com

    Plus d’infos sur http://conferences-gourmandes.wikeo.be/