Chaque fois qu’un « petit malheur », un « bobo » comme on dit aux enfants, nous arrive et qu’il passe, j’ai en tête cette chanson – pas nécessairement une « grande » chanson pourtant ! – de Jean Ferrat et Isabelle Aubret, écrite pour cette dernière après un grave accident de voiture : « C’est beau la vie ! » Le refrain nous fait découvrir la vie qu’on croyait terminée : « Tout ce qui tremble et palpite / Tout ce qui lutte et se bat / Tout ce que j’ai cru trop vite / A jamais perdu pour moi... » Chaque couplet énumère des choses qu’on re-découvre ! « Un oiseau qui fait la roue / Sur un arbre déjà roux / Et son cri par dessus tout / Que c’est beau, c’est beau la vie. » J’y repense car on me trouve optimiste : Ici, dans les phrases mises sur le mur de mon site FB (https://www.facebook.com/jacques.mercier) et sur twitter (https://twitter.com/#!/JacquesMercier) dès l’aube. C’est la vérité, je trouve que tout est relatif et qu’il ne faut jamais se plaindre de sa propre situation. Mais ce n’est jamais, quoi qu’on puisse parfois en dire et en penser, un optimisme béat… je sais bien ce qu’il en est de la vie, et elle ne m’a pas épargnée, comme c’est le cas pour presque tout le monde ! Cependant, je préfère cette chanson de Ferrat à la philosophie inverse, soit ne voir que le mauvais côté, ainsi j’ai été un peu choqué par cette phrase de Léo Ferré citée ce matin : « Le bonheur c’est du chagrin qui se repose » ! Non, j’inverse les choses…  et je suis certain que c’est cette manière d’appréhender les choses qui m’a fait avancer dans la vie et m’a permis de vivre avec intensité et qui permet de me dire aujourd’hui que j’ai eu une vie magnifique ! Chaque plaisir est un cadeau de la vie, chaque moment, même passager, même léger, est déjà du bonheur : le rire d’un enfant qui joue avec soi, l’accolade d’un ami après une phrase complice, la fraîcheur du jardin après l’orage, une armoire repeinte dans une jolie teinte, un mot dans un livre, un souvenir comme un reflet dans une glace, qui passe et s’évapore, nous laissant sa trace douce dans la mémoire… Que c’est beau la vie ! Je signe et persiste !

Publicités