Alors que se multiplient les annonces assez ridicules de « fin du monde » selon des calendriers mal interprétés ou désuets, on peut se dire que nous sommes toujours occupés de vivre la fin du monde. On vit la fin de quelque chose dès que cela commence. Notre propre vie est forcément un cheminement de la naissance à la mort. La question est plutôt : recommence-t-on ou continue-t-on ? On dit que la conquête (:-)) de l’espace n’est pas seulement faite à des fins militaires mais aussi de survie de la race humaine (le beau roman de Bernard Werber l’évoque :  « Le papillon des étoiles »), une fois la planète Terre usée ou trop petite, etc. Cela dit, que faire d’autre d’efficace si ce n’est vivre intensément et en accord avec les autres et la nature ! Ce n’est déjà pas simple, mais ce peut être tout simplement utile ! Au-delà de l’anecdote, on retrouve plus qu’avant les voyants, astrologues et prévisionnistes de tous styles ! Et ce retour de la superstition comme refuge est plus pathétique, je trouve ! J’ai douté de l’intelligence de Mitterand quand j’ai appris qu’il « consultait » régulièrement ! Comme les sacrifices antiques, les tauroboles qui ont répandu du sang durant si longtemps ? A-t-on vraiment besoin de tels expédients ? Les misères – amoureuse, affective, sociale – s’amplifient-elles à ce point ? Un peu de sagesse, de distance, de compréhension, de tolérance et beaucoup d’amour, de fraternité, d’entraide, voilà ce qui est essentiel ! Je ne veux pas que des « cartes » ou une « boule de cristal »me prédisent des lendemains heureux, je les espère tout seul en aimant !

Publicités