« Soyez terriens et visez l’univers, il y a matière à explorer pour l’éternité, dans cette autre partie de soi où se cache la solution existentielle. » Cette phrase est une des dernières du livre de l’explorateur Jean-Louis Etienne (« Nouvelles histoires naturelles » – Lattès). J’en livre une analyse rapide sur le site « Lire est un plaisir », mais je tenais à y revenir un peu ici, car je repense sans cesse à cette lecture. Outre les analyses des problèmes que l’on connaît pour notre Terre : l’eau, l’atmosphère, l’évolution des êtres, etc. l’auteur termine son livre en s’adressant aux enfants et ses conseils me semblent d’une telle évidence, mais d’une telle sagesse aussi. Nous devrions tous donner à lire cette page ! « Aimer ce que l’on fait et conserver sa liberté de décision, deux actes qui ont toujours guidé mes pas  » écrit-il. « Persévérer, même si le chemin est difficile, est certainement le meilleur encouragement que je puisse prodiguer, car on construit sa vie sur des réalisations, fussent-elles minimes, et non sur les frustrations de rêves inachevés. Quoi que l’on entreprenne, on progresse par seuils et il faut résister à la tentation de l’abandon à chaque étape qui nous dépasse : on ne repousse pas ses limites, on les découvre, car on ne sait pas de quoi l’on est capable tant qu’on n’a pas été confronté à la réalité. Faites attention aux miroirs aux alouettes, une histoire d’amour à Sarcelles vaut bien mieux qu’un chagrin dans un palace à Bora Bora. Soyez inventifs, entreprenants, audacieux, apprenez à vous servir de vos dix doigts pour être plus autonomes, soyez individuellement responsables et collectivement solidaires. » Enfin, on a trouvé quelqu’un qui pouvait avec talent renouveler le fameux « if », « si », de Rudyard Kipling !

Publicités