Avec le 1er septembre sonne aussi la fin de ce que je peux appeler les tics de l’été, voire les tiques ! Cela porte aussi d’autres noms dans les jargons journalistiques. Parmi ces choses énervantes, il y a bien entendu les rediffusions en radio et en télévision. Parfois c’est bien indiqué, parfois moins et on se retrouve à la fin d’une séquence qui nous parle de la Saint-Valentin en moins de deux ! Je me suis aussi retrouvé à écouter une interview de quelqu’un décédé entretemps ! Dans le même ordre d’idées, il y a les remplacements d’été.Je comprends bien qu’il s’agit de la période idéale et pour prendre des vacances et pour tester de nouveaux venus; mais l’information ne prend, hélas, plus de vacances et de révolution en formation de gouvernement ou en affaire dsk, les sujets se doivent d’être traités de manière professionnelle. Du côté de la presse, à épingler en premier lieu ces photos de villas où les stars passent leurs vacances… On a non seulement l’impression qu’il s’agit d’un été à l’autre des mêmes bâtiments vus du ciel, mais de plus l’intérêt est tout de même très réduit ! L’imagination des magazines pour le choix des sujets abordés est aussi restreinte en été : bronzage, kilos à perdre pour la plage, et j’en passe ! Bref, sans avoir été pour autant de méchante humeur (c’est l’été !), mon sourire s’élargit quand vient le 1er septembre !

 

Advertisements