Alors que je m’apprête à appuyer une nouvelle fois cette action en faveur de la survie des 300 platanes de l’avenue du Port à Bruxelles – en soulignant une fois de plus le mépris anti-démocratique de B. Grouwels (qui devrait réfléchir à cette pensée magnifique : « Tous les Hommes se trompent, seuls les grands Hommes reconnaissent qu’ils se sont trompés. » Et j’utilise le H majuscule pour englober homme et femme, comme nous le faisions jadis) et en espérant que la manifestation de « la grande tronçonneuse » au quai Beco, coin de la place Sainctelette, à 15h, soit un succès ce dimanche – on me rétorque parfois que c’est un « détail » par rapport à d’autres causes ! Mais c’est ça la vie ! Un ensemble de détails ! (Certes, il faut essayer d’être en empathie avec un maximum de causes fraternelles) Je suis au début de la lecture de « La mélodie secrète » de Xuan Thuan Trinh, où le propos est de retracer, par exemple, l’évolution des connaissances par rapport à l’univers, à sa naissance, à sa conception dans l’esprit des hommes. Même si on essaie ici d’englober un ensemble de notions qui touchent à l’infini, à l’illimité, qui nous dépassent, je crois que la vie d’un platane, que le sourire d’un enfant, que l’émotion d’une chanson sont des éléments aussi importants pour la formation de notre existence et donc de celle de toute l’énergie des univers en expansion ! On a beaucoup glosé sur « l’effet Papillon », mais il faut admettre que chaque détail influence l’ensemble de la Vie. Nous savons aujourd’hui que nous évoluons dans l’énergie universelle et que « tout est dans tout » ! Cela dit, je pense aussi que l’avancée et le progrès de l’humanité ne peuvent se faire que sous l’impulsion d’individus, et plutôt sous la forme d’exemples. On a tous en tête le nom de ceux qu’on a appelé « héros », puis « saints », puis « hommes remarquables », etc. Autrement dit, Gandhi, Martin Luther King, l’Abbé Pierre font plus avancer l’humanité dans sa quête de progrès (et je ne parle pas de progrès scientifique) que les théories et les grands principes. C’est une réflexion toute simple que je vous livre aujourd’hui, en toute humilité … Et qu’on nous garde ces platanes (qui sont peut-être fragiles, comme le déclarait B.G, mais dont certaines espèces peuvent vivre durant dix siècles ! Cela se respecte, tout comme l’avis de milliers de citoyens, n’en déplaise au « pouvoir » !)

Advertisements