Bien sûr, le roman avance, mais ce travail/plaisir est tributaire aussi de la vie qui nous entoure. J’ai compris depuis longtemps pourquoi des écrivains, ceux qui ont bien en tête sans doute leur livre à coucher sur le papier, s’isolent durant quelques mois dans des résidences, dans des maisons isolées, etc. Ils se coupent du monde et demeurent dans l’esprit du roman. J’avoue que cela me fait peur ; j’ai toujours aimé être relié à la vraie vie, quitte à en vivre deux parallèles durant cette période de création (Cela dit, c’est par obligation que je l’ai toujours fait, étant au travail dans la presse et l’audiovisuel, écrivant le matin tôt). J’en ai même fait un atout, puisque les choses de la vie quotidienne qui se déroulent durant cette période d’accouchement peuvent aussi nourrir le texte lui-même. Donc, pour en revenir au roman en cours d’écriture, il a été troublé par exemple par l’annonce de la fin du Jeu des Dictionnaires, pas tant l’émotion des souvenirs ravivés que les interviews souhaitées, les appels téléphoniques de mes amis concernés, etc. Il le fut aussi par quelques propositions imprévues, comme la participation à l’émission culinaire d’Armelle. Mais justement je veux vivre aussi, pas seulement écrire ! L’amitié est si importante ! Ce samedi, je replonge dans l’écriture. René Char écrivait : « Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux ». C’est tellement vrai ! J’ignore le déroulement à venir de l’histoire, pas de plan; seulement quelques notes parallèles pour me souvenir du décor, du physique des protagonistes. Je le découvre pour les quelques pages journalières avec surprise et parfois émerveillement. C’est passionnant, cela multiplie son bonheur de vivre. « La passion de créer ne prend pas d’énergie, mais en apporte. »(Jean-Claude Liaudet « Du bonheur d’être fragile »). Pour en revenir à l’histoire même du roman (peut-être accessoire par rapport à la réflexion qu’elle engendrera), le héros (comment dire autrement ?) trie donc les livres de sa bibliothèque, frappé par les possibilités semblables des tablettes électroniques; dans la réalité, je fais de même et c’est ce qui a déclenché le texte…

Des livres qui trouveront une autre vie, en d'autres mains, prêts pour le transport !

Advertisements