Alors que nous sommes en plein débat : livre, ilivre, ibook, ebook, etc… A lire comme le veut la très longue tradition sur du papier, à classer dans sa bibliothèque; et puis aussi à lire sur iPad, avec un confort incroyable et une facilité surtout à garder une bibliothèque virtuelle entière (ce qui est bien pratique pour emporter en vacances)… je reçois un message que je vous livre et qui, en somme, remet tout cela dans une juste perspective équilibrée. Car il y a cinq romans que je garde précieusement près de moi, à l’endroit où j’écris, ce sont mes cinq premiers ouvrages… qui ont ceci de particulier que mon père les avait à chaque fois fait relier pour ma Noël ! Un cadeau personnalisé magnifique ! Il est vrai que souvent, lorsque j’étais enfant, je passais quelques heures chez un ami de la famille, un certain Milo Roussel à Mouscron, relieur. J’avais donc dans les narines l’odeur de la colle, sous les yeux les presses qui maintenaient le cuir des livres, etc. Donc, le message de l’ami FaceBook Thomas Sluys tombe à pic ! On essaie de se libérer ?

« Bonjour à vous, juste pour vous dire que quand on aime vraiment beaucoup un livre, on le relie. Ou plutôt, on le fait relier, et ça tombe bien parce que ce 22 juin se déroulera le jury de fin d’étude de la Section Reliure – Design du Livre à La Cambre. Il s’agit d’un évènement public mais malheureusement bien trop peu médiatisé auprès des bibliophiles et du grand public. La reliure contemporaine mériterait beaucoup qu’on en parle plus, et donc je me tourne vers ceux que l’on écoute! Ce serait fantastique si vous pouviez l’ébruiter le plus largement possible, car qu’il y ait du monde à leur jury redonnera un peu de baume au coeur de ces créateurs qui passent des heures à travailler sur des livres pour leur donner une forme originale, et tout cela dans une presque totale indifférence. La Cambre, c’est le stylisme, mais pas que… L’école de reliure est une des dernières en Europe à ce niveau et sa situation se précarise en ces temps de crise, alors ne laissons pas le malade s’éteindre dans l’indifférence générale…
Ce 22 juin, de 11h à 16h, au 427 avenue Louise à Bruxelles, venons soutenir celles qui ont dû lutter pour ne serait-ce qu’avoir un local pour présenter leur jury final (la reliure se fait sur 5 ans)!
Merci d’avance et bonne journée à vous! »

Publicités