Tout en restant discret sur cette déchirure, cette séparation qu’est la mort d’un père, je voudrais néanmoins en quelques lignes témoigner de la manière dont certains parviennent à être tendres, à sourire et faire sourire dans ces circonstances. Si vous avez lu les pages de la nécrologie ce week-end dans le Soir vous l’avez peut-être lu cet avis ? Je ne vous livre, en toute discrétion, mais beaucoup sauront de qui je parle, que les derniers mots de l’annonce traditionnelle :

« Il a souhaité léguer son corps à l’Institut d’Anatomie de l’ULB. « J’ai toujours rêvé d’aller un jour à l’université », disait-il. Sa famille est fière de lui  »

Sans commentaire !… ou alors : C’est magnifique ! (Marc Moulin doit sourire là où il se trouve !)

Publicités