Toujours dans le propos de l’évolution des choses et des personnes, on fermait la semaine dernière l’ultime fabrique de machines à écrire. Première réflexion, voilà un nom qui ne fleurirait plus aujourd’hui, dans notre civilisation de la vitesse : « machine à écrire » ! On est ainsi passé pour bien d’autres objets de stylographe à stylo, de cinématographe à cinéma, puis ciné, voire cinoche; et puis à une seule syllabe, sans doute le « must » pour utiliser le même vocabulaire, la « toile » ! (Je ne parlerai pas de « bozar » !). Donc, nous pouvons observer tout le parcours des hommes d’écriture par l’intermédiaire des outils utilisés. Cela m’a toujours passionné ! Un de mes premiers vrais cadeaux de Noël fut une boîte d’encriers de toutes les couleurs ! Donc la touche (sur l’ardoise en schiste), la craie, le crayon – ce terrible crayon à l’aniline qui laissait des traces violettes sur la langue ! – et le porte-plume, le stylo à bille, le stylo, la machine à écrire, qui devint électrique, puis qui se plaça sur l’ordinateur; aujourd’hui l’ipad, les tablettes, les téléphones portables où on utilise encore le clavier et… nos doigts ! Je pense généralement qu’il faut pour quelqu’un qui écrit que sa vitesse d’exécution suive le cours de sa pensée; n’en soit pas distrait par des soucis techniques de mises en pages, d’encre à renouveler, de ruban à remplacer, etc. Peut-être même possède-t-on une vitesse et une grandeur d’écriture à la main qui épousent exactement cela ? Mais quand on a l’habitude d’un clavier et d’un ordinateur aujourd’hui, bien sûr on fait de même ! Au début aussi, et je pense que bien des écrivains pensent ainsi, il est bien d’écrire, de recopier en corrigeant une première fois, etc. En tout cas, je ne boude aucunement le plaisir des progrès techniques ! Quand le prénom d’un protagoniste du roman ne me plaisait pas et que je m’en rendais compte fort tardivement dans la création du texte, il fallait recopier, couvrir de blanc et retaper, etc. Aujourd’hui : Il suffit de « rechercher et de remplacer partout » ! Donc exit la machine à écrire ! Mais vive l’écran ! Et vive l’écriture quelle qu’elle soit !

Ecrire à la main dans une bibliothèque... Ou l'ordi et les ebooks dans sa tablette !

Publicités