En relisant mes notes de lecture ce week-end, je suis tombé sur des extraits d’un ancien livre écrit par l’acteur Michel Piccoli. A propos de ces « notes de lecture », il faut que je vous dise que je marque dans la marge d’un trait et en haut de la page d’un petit rond tous les passages qui me semblent devoir être recopiés; et lorsque la lecture du livre est terminée, j’ai le plaisir de recopier cela (à la main il y a quelques décennies (c’est le cas du livre « Dialogues égoïstes » de Piccoli), puis à la machine écrire, enfin sur l’écran de mon ordi) et d’ainsi pouvoir y revenir. Lorsque j’étais adolescent, je le faisais déjà et je prenais aussi le temps de créer une table des matières avec les thèmes : bonheur, amour, mort… et un renvoi vers le numéro de la citation. C’est dire si cette envie de retenir les pensées que d’autres ont eues avant moi est forte ! « Le succès est sans doute le plus grand des somnifères » est un extrait du livre et cela me revient alors que je regardais durant quelques minutes l’interview d’une prétendue célébrité de la télé-réalité ! Je suis donc retourné dans les notes. Ailleurs Piccoli parle de l’humilité : « De l’humilité, il faut en avoir des quantités, mais essayer de la garder pour soi. Ne la confiez jamais aux autres, ils en feraient mauvais usage ». Magnifique, non ? Et puis à propos des grands thèmes de notre existence : « Il en va pour les femmes comme pour la mort. On adore ou on déteste en parler. » Mais c’est le plus souvent aussi dans les choses les plus simples de la vie que j’aime me retrouver, comme lorsque l’acteur écrit : « Je pense sincèrement que l’un des grands plaisirs de la vie est de découvrir un livre, un matin embrumé, sous une chemise sale. » Pour illustrer cette réflexion sur mon blog, j’ai pensé aux éléphants. Une de mes petites-filles m’en a offert un petit en cuivre l’autre jour ; et je me suis aperçu que c’était un des premiers cadeaux reçus de ma mère, dont le père avait été architecte au Congo : un petit éléphant en ivoire. Comme toujours rien n’est dû au hasard : Ganesha est le dieu éléphant en Inde, c’est le fils de Shiva et il est invoqué par les artistes et les écrivains !

Ganesha, le dieu des écrivains !

 

 

Advertisements