Puisque je vous ai expliqué hier comment se déroulait une journée de spectacle, je vous dois bien quelques mots pour vous dire le partage des émotions sur scène et après le spectacle. Malgré les répétitions, malgré la connaissance de l’enchaînement des textes et des musiques, il reste néanmoins cette tension, appelons ça pour simplifier le « trac » (encore qu’il en existe de plusieurs sortes), qui fait battre le coeur plus vite juste avant que ne s’écarte le rideau ! Cela donne un peu de stress sur les cordes vocales et il faut quelques phrases avant que le ton ne redevienne totalement naturel. Alors, dès que les premiers sourires nous viennent de la salle (on ne les voit pas, aveuglés que nous sommes par les spots – mais on les sent si bien!), les premiers applaudissements, la mise en place est faite et le vrai plaisir de créer ainsi peut apparaît et se déployer avec naturel ! Comme pour l’autre spectacle, la complicité avec ma partenaire est indispensable ; celle que j’ai avec Nara est magique ! Il faut dire que ce spectacle est né de la rencontre de mes mots avec sa musique, de la création de ces moments d’échange autour de l’émotion et que cela ne peut que se ressentir. C’est surtout cela qui frappe en premier lieu les spectateurs, qui nous en font part après avoir assisté à la soirée (cette heure et demie « hors du temps »). Quelle complicité ! Quelle émotion ! Et puis évidemment, mes propres souvenirs, anodins, tristes, drôles, d’enfance, d’adolescence, d’amour renvoient chacun et chacune à ses propres expériences de vie. C’est un des buts de la création : amener sa propre émotion et la réflexion. Mais ici on ajoute une dimension autre et unique : la sensibilité d’une artiste « du monde », avec des musiques qui nous semblent venir du plus profond de notre âme, avec une voix passionnée et sensuelle. C’est un croisement Occident-Orient, qui donne une oeuvre personnelle et originale. Mais une nouvelle fois, je me rends compte qu’il est quasiment impossible de décrire « Mon jardin secret ». Il est à vivre. Il fonctionne plus au « bouche à oreille », malgré les obstacles (mon nom associé uniquement à certaines émissions de rire, voire de fou rire; et qu’on n’imagine pas toujours dans une activité littéraire (et pourtant !) et créatrice… Mais ma vie a été bâtie ainsi et je n’y puis rien). Et puis avouons tout, je voulais vous dire ce lendemain matin que peut-être, si on nous le demande, je continuerais bien à proposer encore ce « jardin secret » sur quelques scènes de notre francophonie ! Bon dimanche !

La complicité !

 

 

Publicités