5h30, j’ouvre un oeil et je suis tout de suite envahi par le bonheur d’être sur scène ce soir. Tout est déjà détaillé dans ma tête pendant le petit déjeuner et durant l’écriture de mes premiers mots sur facebook, du premier tweet, des réponses aux messages : la préparation, les essais, le trac… Ensuite, je discute de ce que je porterai durant cette journée et ce que je porterai ce soir. Finalement, un veston noir, un jeans classe plutôt gris et noir, un pull léger à col roulé mauve ou violet/bordeaux. Je ne peux pas bien définir cette couleur, qui d’ailleurs donnera une autre teinte sous les spots. Je suis assez libre dans ce choix car Nara Noïan, avec qui je faisais le point par téléphone hier, portera une robe noire (qui lui laisse une épaule découverte). Je suis impatient de la voir apparaître ainsi sur scène, complétant l’harmonie du spectacle. Ce matin, je découvre en prenant mon café les différents articles consacrés à l’émission télé de demain soir avec Adamo. Tout est très sympa. Et je remercie les journalistes qui ont eu l’amitié d’ajouter une référence au spectacle de ce soir à Lessines. J’ai à coeur d’aider ceux qui me font le plaisir de m’inviter sur scène et l’équipe du Centre Culturel René Magritte est précisément enthousiaste et motivée. Je suis allé visiter les coulisses, choisir les quelques meubles sur scène, il y a quelques jours avec Myriam Mariaulle, la responsable, et Ludo, le régisseur. Je compte encore relire calmement tout le texte, pour pouvoir sans peine lier tout le déroulement : textes et musiques. J’ai la conviction que nous offrons une bulle hors du temps d’une heure et demie : du piano, la voix de Nara chantée ou parlée, des textes, des souvenirs émouvants ou drôles (Je parle d’Alice Sapritch, par exemple !), beaucoup d’émotion, car je parle surtout et beaucoup d’amour. Le rôle dans ma vie des « moutons » et des « anges » sera évoqué… ! Et puis l’après-spectacle, le dialogue avec celles et ceux qui nous auront attendus au bar, qui souhaiteront le disque de Nara… Mais revenons à la journée : Ensuite, avec ma housse et les vêtements, avec mon petit carnet de notes, j’irai cet après-midi faire des essais de micros, de son, prendre possession de l’espace sur scène. On fera un « filage », c’est-à-dire qu’on répétera le spectacle sans tout détailler, hormis les parties musicales… Nous ferons une pause (thé au thym pour raffermir la voix), nous nous concentrerons dans nos loges, on nous tiendra au courant de l’heure, de l’entrée du public, nous nous installerons derrière le rideau, les yeux brillants, avec le brouhaha de la salle dans l’oreille, déjà le coeur battant et la voix qui semble se casser par la tension. Le silence se fera lorsque la lumière s’éteindra. Nara commencera à jouer au piano, le rideau noir s’ouvre sur nous, elle jouant, moi appuyé sur le piano à l’écouter… le temps de l’ouverture du rideau (Oh ! ce bruit magnifique et unique !). Je me dirige dans le cercle du spot vers le centre de la scène et j’accueille le public dans « Mon jardin secret »  en demander d’applaudir ma jolie partenaire… Et c’est parti pour une heure trente de grand bonheur partagé !

(Centre culturel de Lessines, 068.250.600. Théâtre des Moulins, Rue des fils Aymon, à côté de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, 7860 Lessines. C’est à 20 minutes de la sortie du ring à Halle vers Ath… Pas loin de Bruxelles donc !)

Ces moments de communion uniques entre la scène et la salle !

Publicités