Quelques mots d’espoir : Moussia Haulot fêtait ce matin la « Journée Mondiale Poésie-Enfance » et l’opération « Tambours de la Paix », qui se déroule sur les places du monde, où des enfants jouent du tambour pour la paix ! C’est comme le héraut qui annonçait les bonnes nouvelles avec le tambour municipal et non pas celui qui résonne pour encourager les combattants à la guerre ! C’est encore et toujours le bouche à oreille toujours efficace aujourd’hui, même à l’époque du Net ! Des personnalités étaient présentes, comme le Secrétaire d’Etat Philippe Courard, des musiciens, des comédiens, des bénévoles et puis des enfants posant des questions sur la paix, les mots, la violence, etc. On a lu les textes lauréats des concours des années précédentes dans une réelle émotion ! On a entendu un « slam » d’un enfant d’une école libanaise à l’initiative de Joëlle Bacha et de belles histoires italiennes d’Edouard Mancini. Je suis de ceux qui croient au pouvoir positif de la poésie : Elle  transporte nos émotions les plus pures et les plus vraies. Comme j’ai été honoré ce matin, Martine Dory m’a présenté et a cité quelques lignes extraites d’un texte précédent de ce blog, confirmant en quelque sorte l’importance des réflexions que nous nous échangeons. Elle a parlé des contes pour enfants que j’écrivais et lisais sur iTunes… avec ce désir de transmettre de l’optimisme et des messages de tolérance. De tous ces bons sentiments, restera sans aucun doute une trace dans le coeur des enfants et peut-être cet enthousiasme qu’il leur faudra pour surmonter les obstacles de la vie. Le poète Jean-Luc Wauthier, présent comme président de la Maison Internationale de la Poésie,  a écrit : « La vie, ce fleuve qu’on brûle d’arrêter aux rives de l’enfance » (Manteau de silence).

 

Un tambour d'enfant pour la paix dans le monde...

 

 

Publicités