A plusieurs reprises j’ai eu la chance de rencontrer Serge Gainsbourg pour des interviews, des concerts, des rencontres. Par exemple, lors d’un repas de midi à Liège en tête à tête, où j’étais venu profiter de son passage dans une émission pour obtenir la matière d’un article pour le Pourquoi Pas ? ou pour La Libre. Ce jour-là, ne posant pas de questions traditionnelles sur l’art mineur et majeur (cette déclaration le poursuit encore !) ou sur son disque, il se laissa aller à parler de tout et de rien, et plutôt de tout : de l’armée, de son père, de la mort, de ses peurs. Mais la rencontre qui m’a le plus frappé fut celle où en studio à Reyers, je dialoguai avec le couple qu’ils formaient Jane Birkin et lui (photo d’époque ci-dessous). Car c’était un vrai couple, pas un couple de stars en représentation, fait sur mesure pour les journalistes, « people » on dirait aujourd’hui. Ainsi, chaque fois que Serge me répondait un peu dans la provocation, elle ajoutait quelque chose pour adoucir ses propos, comme « Vous connaissez Serge, ne l’écoutez pas trop, il exagère, etc. » C’était émouvant, vrai, dans le langage de l’amour, qui comprend, pardonne, soutient. Et puis Jane me présenta leur chien bizarre avec des yeux « comme des traces de pipi d’homme dans la neige » disait-elle !Une pensée aujourd’hui pour Serge et je replonge dans les ouvrages magistraux de mon ami Gilles Verlant, qui en parle si bien partout ces jours-ci !

Avec Serge et Jane en studio...

 

 

Publicités