Hier, j’ai fait partie de ceux qui se sont indigné devant le « spectacle » politique et dont parlait au JT Elio Di Rupo : « Les citoyens (c’est un terme qu’il affectionne) sont en rage, etc. » J’écris « spectacle » car un des principaux responsables du « chaos » (c’est un terme utilisé surtout pour les chutes de neige et à propos de la circulation routière) se pavanait sur un plateau de jeu télévisé, même si c’était pré-enregistré, peaufinant sa popularité (dans le sens de « populisme »)… La presse nous a aidés à cette révolte par ses gros titres, ses pages blanches. Et puis, très vite on donnait des solutions, l’ajout d’une formation politique, alors qu’à première vue cela n’avait rien à voir avec le problème, puisqu’il venait de refus flamands. Et puis, et puis… Et vous savez quoi ? Sans être parano, mais seulement un observateur neutre, je me demande si tout n’était pas prévu ! Si on ne regarde vraiment pas une « pièce de théâtre politique » ! Avec ces acteurs, ses clowns, ses valets (noirs), ses reines et ses rois… Car en y réfléchissant, que pouvait-il se passer d’autre que cette voie sans issue ? BdW l’avait annoncé son intention de ne plus avoir de Belgique, de ne pas faire de concessions… C’est bien le seul pays de l’univers où un Roi reçoit un Républicain séparatiste pour former un gouvernement !!! On n’y a assez réfléchi ? Au-delà de toute autodérision et de l’humour qui nous caractérisent ? Donc, la NVA est la plus forte après les élections, on lui donne la main, on avance avec juste ce qu’il faut pour avancer, arrêter, reculer… on représente la pièce et nous regardons, vibrons, râlons, applaudissons. Et puis, enfin, comme la pièce est fort longue… on en arrive (nous y sommes), comme c’est écrit dans le texte de la pièce, à se dire qu’au fond il n’est peut-être pas si évident que ça de le garder sur scène ce gagnant… on en oublie presque ses résultats, on les module, on se dit que même si on a voté pour lui, ce n’est pas pour ses idées… et on pourrait renouveler la scène, changer de décor et jouer enfin sans lui ! Mais je ne suis qu’un « citoyen » ordinaire, je ne connaîtrai jamais la vérité entre le spectacle et la vie, entre ce qui se trame, les manipulations, le jeu et ce qu’on nous dit, qu’on nous récite sur scène. Je regarde sans doute trop de feuilletons… Cela dit, pour ceux qui ont des difficultés à vivre au jour le jour, pour ceux qui survivent, pour ceux qui ont du mal là et maintenant, ces jeux sont indécents ! Avouons-le !

Nous sommes sûrement manipulés !

Publicités