Donc, visite aujourd’hui d’une équipe de « Questions à la Une », où il sera question du vieillissement. Il faudra donc expliquer comment je me sens, ce qui me porte, ce que je fais pour garder la forme. Nous tournerons dans le bois de Halle, où je marche le plus souvent possible, et chez Philippe Geluck dans une réunion de préparation à « Monsieur Dictionnaire » pour la télé. Cela dit, j’ai lu sur la question et j’ai en tête une série de réflexions. En particulier chez Boris Cyrulnik : « Deux facteurs de protection contre la vieillesse » explique-t-il dans « Sous le signe du lien », « L’intellect (rien à voir avec intelligence), faire marcher sa tête, et le mariage, surtout dans sa relation amitié, tendresse, séduction permanente. Le mariage donne un sens au quotidien et des rites pour ralentir sa vie ». Ailleurs dans son livre « Les nourritures affectives » il parle du rôle des plus âgés : « La fonction sociale des vieux c’est de fabriquer du récit », soit partager ce que l’on sait, garder des contacts avec les autres (le virtuel est important) et préserver les liens émotionnels (la famille, les proches) »… Et puis dans « L’ensorcellement du monde », il rassure en expliquant que la vie ne meurt jamais, que nous sommes des transporteurs de vie, etc. On en a déjà parlé. Dans « La résilience », il poursuit ses analyses en disant que le grand âge est probablement l’âge du sens : « Comme dans la langue latine, c’est le dernier mot qui donne le sens de la phrase ». Et puis c’est Marcel Gauchet qui écrit aussi : « C’est la période socialiste de la vie : dans le sens de « sociale », bien entendu. Celle des projets, de la liberté et du bénévolat ». Moi j’ajouterai qu’il est important de rire et de positiver !

Me voici à ma naissance !

 

 

Publicités