Seulement quelques lignes pour vous dire que je me suis embarqué dès l’aube dans un nouveau roman… un peu poursuivi par la dernière phrase (bémol) de la critique de Thierry Bellefroid à propos de « excès », qui disait à peu près ceci : C’est bien mais maintenant il lui reste à écrire un vrai grand roman ! Comme quoi ! Cela faisait plusieurs semaines que mon mal de vivre me titillait, sans que je n’ose trop quoi que c’en était la raison (comme d’habitude, je devrais dire, puisque j’y suis habitué à ces premiers symptômes !). Et puis, en discutant, en lisant, en griffonnant, on se rend tout à coup compte que ça y est, c’est prêt dans le mystère du cerveau, c’est écrit, reste le plus important : traduire au jour le jour, essayer de ne pas trahir ces grandes idées créatrices qui se sont construites dans ce cocon et qui ne demandent qu’à sortir au grand jour… Pas simple ! Noter, suivre, et surtout ne plus lâcher le sujet. Donc ça y est : embarquement immédiat ! Tout est possible ! Tout peut arriver ! On est maître (dans les limites de ce qui est déjà inscrit dans notre inconscient) des personnages, des décors, de la trame ! On me disait : surtout ne t’y met plus en scène ! Je n’y étais jamais ! Simplement c’était moi qui me glissait dans la peau des personnages avec ma et leur sensibilité mêlées, leur façon de penser qui passaient par mon émotion… Mais je comprends le propos : je ne vais plus parler à la première personne. Je serai plus discret cette fois, laissant la première place à toutes ces silhouettes encore un peu floues que je commence à distinguer. Je prépare en ce moment-même un grand plan, que je m’efforcerai de suivre et d’adapter au fil des jours. Embarqué sur le fleuve de la création, je sais que j’en aurai pour un minimum de neuf mois (les romans précédents), mais sans doute pour plus longtemps; le temps de ma vie est forcément compté et je voudrais (oui, Thierry !) que ce soit le meilleur, le plus complet, le plus en phase avec ce que je pense devoir transmettre ou devoir témoigner. Je le veux lumineux et touffu, pittoresque et poétique, réel et imaginaire, rempli de bonheur et de souffrance, plein d’espérance, plein de cris et de murmures, porté par l’amour de la vie.

Ecrire

 

 

Publicités