Un peu de tout, comme le disait lui-même Philippe Geluck à l’époque de la gloire RTBFienne ! Hier soir, j’ai donc vu la première de « Je vais le dire à ma mère » qui se jouera durant trois semaines à bureaux fermés au Magic Land Théatre, qui l’a bien mérité ! Philippe est un ami fidèle et généreux. L’imaginatif et drôle Patrick Chaboud (Malvira) fait partie de son cercle. Une belle première avec sa famille, ses amis dans le domaine du théâtre : Toni Ceccinato, Michel Israël, Zidani, Jean-Louis Leclercq. Des célébrités (ne disons plus « people » ou « pipole » non ?) comme Jean-Louis Lahaye, ancien camarade de jeu de Malvira dans « allumés.be »… Etc. Et même une grande « rieuse » qu’on a dû faire sortir un moment tant elle n’en pouvait plus, et qui s’est révélée après le spectacle une de mes premières fans de Dimanche-Musique ! Comme quoi ! Philippe est évidemment (enfin, ce n’est pas si évident que ça !) à l’aise sur les planches, qu’il retrouve (mais il faut aussi rappeler l’exquise parenthèse d’une semaine à mes côtés pour « Mercier : Go home ! », qu’il a porté sur les fonts baptismaux) après tant d’années de radio et de télévision et surtout de presse et d’albums. A ce propos, il est caractéristique que Catherine Makerel, la critique du Soir, se raccroche plus à ses dessins projetés durant quelques minutes qu’à ses magnifiques indignations « théâtrales » ! Pourquoi toujours tant de bémols dans les choses simples et si peu dans les créations intellectualisées ou prétendues telles ? Marc Moulin pourfendait cela avec le fameux « Oui, mais voilà ! » qui est comme un appendice qui dédouane vis-à-vis des autres … Signalons la prestation de Lila, la fille de Philippe, qui de partenaire dans le bar de la salle devient au fil du spectacle un personnage important dans la soirée. Grand talent, qu’elle aura sans doute envie comme Antoine, son frère, (Coco Royal) de développer aussi ! Elle le peut ! Bref, une excellente soirée d’humour, d’émotion, d’invention, d’intelligence… à laquelle on repense dès le réveil en souriant ! Alors, parlons du problème communautaire que Philippe aborde avec pertinence et dérision (autant pour nous Francophones que pour les autres Belges), contrairement à ce que l’extrait du JT de la RTBF du WE a pu faire croire… C’est une grande question, ça ! Le choix de l’extrait, sa présentation volontairement provocatrice, la réduction à une idée pour juger de l’ensemble, etc. Une responsabilité qui n’est jamais prise par les intéressés : le mal est fait. Donc, on a pu croire qu’il s’agissait d’une attaque idiote au premier degré contre les Flamands et le peu d’utilisateurs dans le monde de la langue néerlandaise; or, c’est tout autre chose quand même et la Belgique toute entière est mise dans le même sac du ridicule ! Dès lors pourquoi ne pas essayer d’être objectif ? Pas le temps ? Aucun intérêt à creuser un sujet culturel secondaire (et de saltimbanques humoristes de plus !) ? Peut-être aussi jalousie (qu’est-ce qu’on peut entendre et lire quand quelqu’un réussit plutôt dans son domaine (ses domaines) !!! Il est assez récompensé, on ne va « en plus » l’aider et l’encenser ! Il fait déjà sa promo tout seul, il n’a pas besoin de nous, etc ! ) qui surgit insidieusement dans bien des comportements autour du succès. (Me faire insulter parce que je participe à une pub me semble faire partie de ce genre d’attitudes négatives ou hostiles) Pour être complet, il est tout de même intéressant que ces « buzz », comme ils disent, suscitent des dialogues (sur le net, dans la presse, sur les blogs) et des déclarations géniales (comme celle de Marcel Sel)… Bon, j’avais dit « un peu de tout »… Je vais retenir mes places pour le WE prochain à la Toison d’Or, car on y joue « Eux », un texte d’un autre ami, Juan d’Oultremont et ce ne doit pas être triste non plus !

Ensuite, je vais essayer de « finaliser » mes propres projets dans ce domaine, j’y reviendrai (un texte qu’on m’écrit et dont je suis le personnage central – une adaptation pour le théâtre du roman sulfureux « Excès », mais joué par une grande pointure de la scène- et un nouveau texte sur des souvenirs d’enfance liés à mon père qui cherche son théâtre…) Oh, cette vie qui avance, avec tant de fenêtres encore ouvertes… (voir http://www.jacquesmercier.be)

Philippe se décontractant sur le sol avant de jouer !

Publicités