En m’intéressant à la langue depuis des années, aux mots, aux expressions, souvent je découvre les malentendus, les quiproquos qui peuvent survenir d’une mauvaise interprétation des mots, de leur traduction, etc. Ainsi, on me demandait d’où venait l’expression « filer à l’anglaise » et j’avais toujours cru qu’il s’agissait de bateaux qui fuyaient dans le cadre d’une ancienne bataille maritime… Or, je lis aujourd’hui que cette expression date de la fin du XIXe siècle (19°… je me suis aussi rendu compte que les chiffres romains n’étaient plus appris partout) et a comme origine le verbe « anglaiser », soit « voler ». C’est donc un voleur qui file le plus discrètement possible pour ne pas se faire repérer. On propose aussi une autre explication plus prosaïque : cela ferait partie du vocabulaire des élèves de St-Cyr dont les latrines se nommaient « l’anglais ». Donc filer à l’anglaise aurait signifié aller aux toilettes ! Bon, à part ça, les Anglais aussi ont cru qu’il s’agissait d’une expression qui se moquait d’eux; c’est ça qui est incroyable dans l’histoire et, du coup, ils ont aussi une expression qui fait le pendant : « To take the french leave » !!! Je ne vais pas refaire ici la rubrique que j’ai tenue pendant plus de dix ans à La Libre (M.Dico) ni empiéter sur les futures séquences de « Monsieur Dictionnaire » » avec Philippe Geluck, mais un jour il faut que je vous raconte comment je n’ai jamais pu allumer la lumière d’une maison que je ne connaissais pas, parce que le propriétaire m’avait noté « l’interrupteur se trouve derrière le caillebotis ! » (Et j’ignorais à l’époque le sens de ce mot ! 🙂

Je suis nul en langue...

Publicités