Le thème du masque (on dirait sûrement aujourd’hui la « thématique » pour faire mieux !) est présent partout dans la culture. Tout d’abord parce qu’il faut être sincère, être soi-même, il faut vivre en société. Donc, nous avons des masques, plus ou moins légers, que nous portons suivant les circonstances. Rien de grave, d’ailleurs on peut le retirer quand on le souhaite. Il ne faut pas confondre masque et mensonge. C’est comme l’apparence et la réalité. Mes premiers pas sur scène m’ont fait réfléchir à ces rôles que l’on joue avec plus ou moins de talent. La possibilité de s’incarner dans un personnage est un moment « aigu » de ce procédé. J’en ai fait un roman qui se passe entre autres dans le milieu du théâtre (il est encore inédit et s’appelle « Une Diva amoureuse ») En exergue, j’y ai écrit cette citation : « Contentons-nous de dire que le théâtre, comme la vie, est un songe, sans trop nous soucier du mensonge » (Jean-Louis Barrault dans « Nouvelles réflexions sur le théâtre »). L’autre jour, j’ai visité à la Bibliothèque de Mouscron une exposition mise sur pied par les « Lionnes » et je suis tombé en admiration devant une petite sculpture de Jean Loridan, un artiste du coin, qui illustrait exactement mon propos (photo ci-dessous); peut-être que j’en ferais la couverture ? On verra. J’aime bien quand les objets rejoignent « par hasard » les idées !

Publicités