C’est une belle expression « être sur un nuage », ne plus voir de la même façon prosaïque la réalité ! C’est un peu ce que je ressens depuis hier, un peu débordé, étonné, émerveillé, gêné presque, de recevoir tant de messages de « bon anniversaire » ! Des milliers, en ajoutant les sms, les méls, les messages et les commentaires sur les murs des trois profils FB, les tweets et aussi les appels téléphoniques de mes proches ! A quoi comparer ces élans de pure sympathie ? Peut-être aux applaudissements à la fin d’un spectacle sur scène : à la fois on est ravi et on se demande si on l’a bien mérité ! On ne boude certainement pas son bonheur, mais… Et puis que faire d’autre que saluer, ou que répondre « merci » ? Donc, voilà, ce matin je suis sur un nuage, je vais bientôt aller marcher durant une heure dans les bois, histoire de sentir la terre, les arbres, les ruisseaux; je ferai ma halte habituelle contre un énorme et ancien chêne (qui a l’air de calmer mon souffle court après la montée dans la futaie), et puis je regarderai le héron souvent perché sur le même piquet au fond de la prairie ! Les nuages sont gris, mais cela n’a pas d’importance : né en automne, je trouve à cette saison, qui rouille les feuilles, une grande beauté ! Les gentillesses (diverses et parfois inventives : des poèmes, des chansons, des photos) me font songer à mon étonnement lorsqu’on m’envoie des montages qui exagèrent les choses, comme celui en habit d’académicien ou cette photo où on me place dans un dictionnaire ! (cela dit, j’ai vu qu’un de mes poèmes était repris dans l’anthologie « Piqué des vers » qui sort cette semaine à la Renaissance du livre ! Ce sont tout de même des moments de bonheur à savourer, ces partages-là !)

 

Dans une vieille encyclopédie littéraire !

 

Publicités