Comme j’aime les mots, leur juste usage, je n’arrête pas d’être étonné, émerveillé et parfois énervé (tout est relatif ! D’autres faits m’énervent un peu plus tout de même : l’injustice, la bêtise, etc.) Prenons les tics de langage, à savoir des mots, des expressions (parfois incorrectes) qui se propagent par la télévision d’un journaliste à l’autre, d’un interlocuteur à l’ensemble du public parfois. Pour rappel, il y eut « au niveau de », bien installé aujourd’hui; « tout à fait » qui souligne le « oui » et qui est même entré dans les dictionnaires, « attractif » pour attrayant, et j’en passe. Il y a l’évolution lente mais irrépressible de « une espèce de » qui devient une locution adverbiale « un espèce de » quand c’est suivi d’un mot masculin. Il y a le problème devenu un souci, l’important qui est devenu conséquent. Puis l’afflux des « immense », « incontournable », « convivial », sévère », « majeur », « belle journée » pour « bonne journée ». (Il existe un classement, par ailleurs, des poncifs journalistiques sur le site en français dans le texte.net : la cerise sur le gâteau, le vent en poupe, grincer des dents, la cour des grands et un pavé dans la mare sont les 5 premiers ! J’aime aussi le non-renouvellement des annonces de spectacles : « à ne pas manquer » ! « d’exception » ! « perle rare » ! Sur RTL, il y a aussi dans toutes les annonces des séries le mot « inédit » (qui signifie sans doute soit qu’il n’est jamais passé à la télévision, soit qu’il n’est pas encore sorti en DVD), dont la fréquence même le rend inefficace. Cela n’est qu’un bref survol du problème… quitte « à revoir ma copie » !!!

Publicités