Pour garder la forme, j’essaie le plus souvent possible de faire de la marche. Comme Halle est entouré de splendides bois, c’est encore mieux en respirant les parfums de la forêt ! Bien entendu, on peut choisir le rythme, la vitesse, la lenteur plus exactement, la difficulté, le temps. Mais je n’ai jamais rien trouvé de mieux qu’un tour d’une petite heure entre Halle et Braine-le-Château; un trajet tout en montées et descentes, qui traverse le bois, un ruisseau, des accidents de terrains agréables. Je l’ai refait ce matin; c’est celui que j’ai fait durant des années avec mes chiens, Berkley puis Maya. Nous habitions face au bois et c’était magique. J’ai donc retrouvé les mêmes lieux, légèrement changés bien sûr : plus par la main de l’homme (l’une ou l’autre nouvelle construction avant d’y arriver – ou bien un jardin qui naissait et que je retrouve à maturité) que par le fait de la nature elle-même : à peine un tronc qui barre le sentier habituel, une mare qui s’est élargie. Mais toujours la hauteur impressionnante des arbres, le sol élastique de l’humus et des aiguilles des conifères, et les incroyables parfums de la terre, des plantes, des feuilles… J’y avais vu à l’époque des chevreuils, des renards, des lapins. Aujourd’hui, un héron à la lisière du bois sur un piquet près du ruisseau… Pour me motiver dans la dernière montée assez abrupte, je me revois scout, lors des marches dominicales et je retrouve aussitôt la volonté et la force ! Les leçons apprises durant sa jeunesse ne sont jamais perdues…

Bois de Halle octobre 2010

Publicités